Censure

« Suite Censure de la Journée de la déportation : échange de courriers »

 

Quelle meilleure façon de clore ce débat (voir textes ci-joints) sur la célébration de la journée de la déportation à Sainte Maure de Touraine que ce dessin de Doumé qu’il nous met gracieusement à  disposition ?

 

Un dessin réalisé il y a plus d’un mois dans un contexte différent mais qui révèle une nouvelle fois sa pertinence.

Nous garderons en souvenir notre maire, accompagné d’une adjointe  pour la photo (?),  lisant son discours aux seuls morts du cimetière. Pas très flatteur  pour l’image de la commune certes mais une réalité avec ces mots maintenant célèbres face à la critique : « Je suis le seul maitre à bord » qui peuvent se traduire par « Je suis le seule maire à bord ».

Nous restons bien sûr très attachés à honorer les déportés.

Echange courriers suite censure J Déportation

 

 

 

« Journée de la déportation »

 

Comme beaucoup de sante-mauriens les élus de l’opposition ont découvert par « Les potins de Sainte Maure » que la municipalité,  plutôt Monsieur le maire seul et « son ou sa » photographe, avait honoré la journée de la déportation. Que la censure municipale s’applique sur des sujets relevant de l’initiative collective, on pourrait le comprendre tant le besoin d’image est résolument obsessionnel, mais le faire sur une commémoration aussi importante qui touche notre histoire sensible relève d’un manque certain de culture. A chaque jour sa surprise ! Nous lui avons adressé un courrier afin de marquer notre désaccord » Ci-joint

 

 

« Censure ! »

 

Bien que ce ne soit pas officiel il se confirme que la mission de censure s’affirme comme une nouvelle  compétence de la municipalité et qu’elle est déléguée à l’adjointe déjà chargée de la communication. Il est vrai que ces deux missions sont  souvent associées dans une certaine forme de gouvernance. Cette volonté était apparue en septembre 2019 avec la censure des débats dans le procès-verbal du conseil municipal sous un prétexte irréaliste (la proximité des élections) et en toute illégitimité et illégalité dans ses conséquences (non signature des Procès-verbaux du Conseil). A l’occasion de la parution du dernier « Flash Info » nous, groupe d’opposition, avions adapté notre texte au contexte de la pandémie : refusé car en deux phrases et trop long (5 lignes) alors que ce numéro comportait 4 pages. Tout récemment également l’article de la NR sur la mobilisation des anciennes couturières de Allaire pour fabriquer des masques n’a pas été rediffusé dans le panorama de presse quotidien de la mairie. Enfin, tout récemment, une obligation de ne pas s’adresser à des agents de la commune mais à passer par le DGS. De petits signes  qui sont significatifs de cette nouvelle mission de censure que s’est attribuée l’adjointe à la communication avec la bénédiction du maire.

Date de dernière mise à jour : 06/05/2020