Zone commerciale La Flânerie, projet CENTRAKOR

dsc-0827 VS Dsc 0828

 

Nous avons manifesté notre désacord :

après la publication dans le « Flash Info » municipal de septembre d’un texte exprimant l’autosatisfaction de la municipalité après la condamnation de la société Ardis (magasin « Marché aux Affaires » ex ECOGEM). Celle-ci contestait l’implantation, à proximité immédiate de son magasin, de la nouvelle enseigne « Centrakor ». La publication en page 4 avec gros titre de la Nouvelle République du 10 septembre 2018, d’un article sur ce jugement suscite de nombreuses réprobations que nous partageons totalement, et ceci pour plusieurs raisons.

En préalable nous insistons sur le fait que nous ne contestons pas ce jugement car nous ne sommes pas compétents pour le faire, même si cela nous interroge. Par contre c’est le contexte de cette affaire que nous dénonçons.

En premier lieu la municipalité.

Dans un courrier du 25 janvier 2017 bien argumenté piéce jointe le maire de Sainte Maure de Touraine apporte son soutien à Mme Roth vis-à-vis de ce projet d’implantation de Centrakor. On y lit par exemple : « …pour cette raison, la mise en danger de surfaces commerciales comme la vôtre, au profit de nouvelles autres, ne fait pas partie de nos choix de développement ». Et encore : « …par la présente vous comprendrez Mme Roth que je vous témoigne mon appui pour le maintien et le développement de votre commerce au nom de l’équilibre commercial. De toute évidence l’installation d’une nouvelle surface commerciale proposant le même type de produits risque de mettre en péril durablement votre activité ».

Quelques semaines plus tard le maire change de position sans en référer ni au Conseil municipal, ni à l’Union Commerciale (UCIA). Ainsi il est rapporté au tribunal que le maire apporte son soutien à Centrakor en Commission Nationale d’Aménagement Commercial (CNAC) en argumentant « que cela ne toucherait pas les commerçants du centre-ville où il n’y avait pas de magasin d’équipement de la maison ». Et l’enseigne « l’Art et la table » ?   

Il convient de réfléchir avant d’agir ou de parler mais cela semble un peu compliqué pour le maire. Il ne sait pas faire !

La presse.

Nous déplorons également le soutien dont bénéficie l’enseigne Centrakor dans la presse.

Dans la presse municipale qui, dans le Flash Info de septembre, n’hésite pas imprimer le logo de Centrakor en première page : publicité gracieuse ou rémunérée ? Dans tous les cas bien maladroit !

Dans La Nouvelle République qui relate avantageusement pour le gagnant le jugement du tribunal sans pousser son analyse, en particulier auprès de Mme Roth. Elle aurait pu expliquer qu’en 2017 elle avait proposé d’accueillir l’enseigne Centrakor dans son magasin en lieu et place de son activité qui n’avait pas de partenaire. Ceci était d’autant plus pertinent que le parking existait avec des réserves foncières aptes à agrandir la surface commerciale. Elle a essuyé un refus en raison du fait que Centrakor n’avait pas comme politique de confier des magasins à des femmes. Espérons que les clientes y penseront lorsqu’elles y entreront !

Notre position

Il est certain que l’une des préoccupations principales d’une municipalité est d’avoir une position claire et consensuelle vis-à-vis du commerce local. Dans son courrier du 25 janvier 2017 le maire fait référence à la municipalité précédente et nous ne pouvons que le remercier. Il écrit : « Depuis de nombreuses années, la mairie de Sainte Maure de Touraine attache une importance particulière au maintien du commerce de proximité par la requalification des rues commerçantes, les subventions pour la rénovation des façades, la mise en place de passages cloutés et d’une nouvelle signalétique » Il s’agit là de quelques aspects de l’Opération Urbaine d’Appui au Commerce (OUAC) mise en œuvre de 2005 à 2013. Nous ajouterons un point essentiel dans ce que nous appellerons une politique rationnelle, c’est la concertation entre les acteurs à travers une réflexion préalable poussée et, si besoin, des études. Rappelons que la zone d’activités des Marchaux s’est faite dans cette démarche en étroite concertation avec le promoteur et les enseignes existantes dans la commune dont Système U, et, bien sûr, l’UCIA.

On dit que : « il n’y a pas de bon vent pour celui qui ne sait où il va » ! Bien dommage pour la commune de Sainte Maure de Touraine !

Date de dernière mise à jour : 11/09/2018